Irakere [feat. Chucho Valdés, Paquito D'Rivera, Arturo Sandoval] - Chekeré Son (1981) Vinyl Rip FLAC 24bits 48kHz

Téléchargement & Détails

Téléchargement Anonyme

Nous vous recommandons fortement l'utilisation d'un VPN pour télécharger vos torrents en toute sécurité & anonymat :

Accéder au VPN
Télécharger Télécharger le torrent
Mots clés Flac (24 bit) Vinyle Album Africaine Funk Latin Jazz
Seeders 7 Leechers 0 Complétés 9
Informations Voir les informations
Fichiers 7 - Voir les fichiers

Présentation

Chekeré Son
R-475876-1262860863.jpeg.jpg?
information_musique.png
Artiste : Irakere
Durée : 36min 45s
Label : Milestone
Date de sortie : 1981

6 pistes :

1. Chekeré Son (9:53)  

2. Quince minutos (5:36)

3. La semilla (4:34)

4. La comparsa (5:29)

5. Camaguey (5:33)  

6. Cha cha cha (4:36)


Une excellente session du début des années 80 en provenance d'Irakere - qui insiste encore un peu plus sur le côté funky de leur groove.
L'approche est toujours ce superbe mélange de racines cubaines et de Latin Jazz, avec une production un peu plus rigoureuse, et une grande utilisation des claviers de Chuco Valdés - qui donne naissance à ces grooves fusion funky qui ressemblent presque à certains des grands hybrides de la côte ouest qu'on pouvait écouter sur Fantasy Records pendant les années 70.
En plus des œuvres de Valdés au piano, à l'orgue et aux claviers, le set comprend également Paquito D'Rivera au saxophone et Arturo Sandoval à la trompette et au trombone.


Irakere est un groupe cubain fondé par le pianiste Chucho Valdés (fils de Bebo Valdés) en 1973.
Vainqueur du Grammy Award du meilleur enregistrement latin en 1980 avec leur album Irakere.

Irakere a été un laboratoire musical précurseur, où des innovations historiques dans le jazz afro-cubain et la musique de danse populaire cubaine ont été créé.
Le groupe a utilisé un large éventail d'instruments de percussion tels que le batá, abakuá et arará tambours, chequerés, erikundis, maracas, claves, cencerros, bongó, tumbadoras (congas), et güiro. 

Dès les années 1920, des groupes de jazz commencèrent à se former à Cuba.
Ces groupes incluaient souvent de la musique populaire cubaine et du jazz populaire nord-américain, ainsi que des airs de spectacles dans leurs répertoires. Malgré cette versatilité musicale, le mouvement de mélange des rythmes afro-cubains et du jazz n'a pas vraiment fonctionné à Cuba pendant des décennies. Comme le fait remarquer Leonardo Acosta : "Le jazz afro-cubain s'est développé simultanément à New York et à La Havane, à la différence qu'à Cuba, c'était un processus silencieux et presque naturel, pratiquement imperceptible".
La contribution significative de Cuba à ce genre est arrivée relativement tard.  Cependant, lorsqu'elle est arrivée, les Cubains ont fait preuve d'un niveau d'intégration du jazz cubain qui allait bien au-delà de tout ce qui s'était fait auparavant. Le premier groupe cubain de cette nouvelle vague fut Irakere. 

Irakere a deux avantages par rapport à tous les autres groupes qui ont une approche musicale similaire : la virtuosité de ses solistes, qui sont d'excellents improvisateurs, et la cohésion qui se dégage du groupe après avoir joué ensemble pendant de nombreuses années.
Avec Irakere, une nouvelle ère du jazz cubain commence en 1973, influente et productive jusqu'à nos jours.
On compte parmi les fondateurs d'Irakere le pianiste Chucho Valdés, son directeur depuis le début ; le saxophoniste Paquito D'Rivera, qui a agi en tant que directeur adjoint ; le trompettiste Jorge Varona ; le guitariste Carlos Emilio Morales ; le bassiste Carlos del Puerto ; le batteur Bernardo García ; le percussionniste Oscar Valdés II, également chanteur.

Irakere, fondé par des membres de l'Orquesta Cubana de Música Moderna, a toujours été un groupe éclectique.
Dès le début, le groupe a montré l'étendue de son éducation musicale cubaine unique : musique folklorique afro-cubaine, musique de danse populaire cubaine, funk, jazz et même musique classique.
Les premières années ont vu beaucoup d'expérimentations, avec le mélange de ces différents genres de manière originale.
Aujourd'hui, certaines des premières expériences d'Irakere semblent maladroites. D'autres, beaucoup plus emblématiques, ont donné naissance à des traditions et courants musicaux entièrement nouveaux. 

Ironiquement, plusieurs des membres fondateurs n’appréciaient pas la fusion du jazz et des éléments afro-cubains.
Ils percevaient les éléments folkloriques cubains comme une sorte de "feuille de vigne" nationaliste, une couverture pour leur véritable passion : le jazz.
La fusion d'éléments afro-cubains avec le jazz chez Irakere est une conséquence directe des mauvaises relations entre les gouvernements cubain et américain.
Le ministère de la Culture cubain aurait considéré le jazz comme la musique de "l'Amérique impérialiste".
Le trompettiste Arturo Sandoval déclare : Nous voulions jouer du be-bop, mais on nous a dit que notre batteur ne pouvait même pas utiliser de cymbales, parce qu'elles semblaient "trop jazzy". Nous avons finalement utilisé des congas et des cloches de vache à la place, et à la fin, cela nous a aidés à trouver quelque chose de nouveau et de créatif".

Malgré l'ambivalence de certains membres à l'égard de la fusion afro-cubaine folklorique et jazz afro-cubain d'Irakere, leurs expériences ont changé à jamais la musique populaire cubaine, le Latin jazz et la salsa.
Comme le dit D'Rivera : "Nous ne savions pas que nous allions avoir un tel impact sur le jazz et la musique latine à travers le monde. On travaillait juste pour faire quelque chose de bien".

En 1977, Irakere s'est produit dans deux festivals de jazz du "bloc de l'Est" - le Festival de jazz de Belgrade et le Jamboree Jazz de Varsovie.
Le groupe a eu l'occasion de jouer avec les artistes de jazz Betty Carter, Mel Lewis et Thad Jones.
La même année, plusieurs légendes du jazz, dont Dizzy Gillespie, Stan Getz et Earl Hines, se rendent à Cuba pour une "croisière jazz".
C'est la première fois depuis la rupture des relations entre Cuba et les Etats-Unis qu'un groupe de musiciens de jazz de chaque pays peut jouer ensemble.
A La Havane, les membres d'Irakere ont eu la chance de jammer avec Gillespie et Getz.

Irakere a remporté un Grammy en 1979 pour le meilleur enregistrement de musique "latine" aux Etats-Unis.
Suite à ce succès, le groupe a participé aux plus importants festivals internationaux de jazz.

Chucho Valdés a également poursuivi une carrière de jazz couronnée de succès, enregistrant pour le prestigieux label de jazz Blue Note.

information_upload.png
Codec audio : FLAC 24bits à 1969kbps
information_download.png
Nom de la release : Irakere [feat. Chucho Valdés, Paquito D'Rivera, Arturo Sandoval] - Chekeré Son (1981) Vinyl Rip FLAC 24bits 48kHz
Taille totale : 495 Mo

Commentaires

Derniers commentaires

Aucun commentaire à afficher